Généalogie Mesnard-Maynard

 

 
 BIENVENUE
Origine: Vendée (Poitou, France)
Première trace: 1046 à Talmond (Vendée)
Filiation suivie à partir de 1382
Devise: "Pro Deo et Rege"

Généalogie des Origines

Pour m'écrire:

 mesnard{tiret}maynard
{a t} wanadoo.fr

 

 

Sommaire


 

 

 

 

 

 

Note de l'auteur

 
Il est difficile de faire remonter la généalogie d'une famille aux XV°et XIV°siècle, et encore plus difficile de la faire remonter au XI°siècle. La généalogie d'une famille qui remonterait au-delà du XI°siècle est une fable. Car au-delà du XI°siècle on ne trouve pas de noms patronymiques pour les familles nobles, ni armoiries, et les documents écrits sont pratiquement inexistants, du XI°siècle au XV°siècle ils sont fort rares les familles nobles ont pris l'habitude du nom patronymique vers la moitié du XI°siècle, et des armoiries permanentes au début du XIII°siècle.
En France de nos jours au XX°siècle il ne reste pas une cinquantaine de représentants des Baronnerets et d'une origine incontestable remontant au XI°siècle. Les familles de la Chevalerie, issues de la Noblesse du deuxième degré ou Bachelerie remontant aussi à une telle origine, quoique moins clairsemées sont cependant tout à fait exceptionnelles, certains auteurs avancent le chiffre de 200 à 250 familles seulement.
 

I) Les Titres Nobiliaires portés par la famille

Les titres sont ceux de Barons et de Comte, qui sont dans la branche aînée.
L’aîné, chef du Nom et des Armes, porte le titre de Baron, parce que plus ancien et plus important que celui de Comte, qui est porté par le premier cadet de la branche aînée.
Les deux titres viennent par transmission de collatéral à collatéral. Le titre de Baron n'offrait aucune difficulté de transmission puisque c'est l'ancêtre de ces collatéraux qui a hérité du titre. Pour le titre de Comte il n'y avait pas d'ancêtre commun, mais les lettres patentes prévoyaient que les  fils aînés ayant le nom et les armes du premier Comte de MESNARD pourraient recevoir transmission de ce Titre.
Il faut rappeler ici, comme nous l'avons fait dans l'introduction que pour la Noblesse d'Ancien Régime, dite Vielle Noblesse, il n'y avait pas de hiérarchie pour les titres nobiliaires. Un titre n'avait de place par rapport aux autres que par l'importance de son fief. Pour les MESNARD-MAYNARD, les Baronnies du Gué Sainte-Flaive et du Langon étaient une ancienne Baronnie remontant avant la féodalité, et qui avait été confirmée sous Henri III.
La famille de MESNARD-MAYNARD a d'ailleurs fait, comme les autres familles chevaleresques, en timbrant ses armoiries d'une couronne de Marquis, et ce dès les premiers Barons, prouvant par là, et les divers auteurs en sont d'accord, que les vrais gentilshommes prenaient le titre qu'ils voulaient. Pour l'Ancienne Noblesse d'ailleurs le titre n'était rien, le nom pouvait être quelque chose, mais surtout seule l'Ancienneté de la race comptait.

II) Division de la Généalogie

Pour la commodité nous avons divisé la généalogie en deux parties:
Les origines,
Les généalogies par filiation suivie. Cette généalogie par filiation suivie elle-même se divise en:
 MAINARD anciens
 MESNARD-MAYNARD modernes
 MESNARD-MAYNARD actuels.


 Les Origines

Tous les cartulaires ou chartres des Abbayes de Saint-Croix de Talmond et de Boisgrolland, et du Prieuré de Fontaines, que nous allons citer sont déposés aux Archives de la Vendée, certains existent en original ou en copie dans la Collection de M. Benjamin FILLON. Les cartulaires et chartres ont été publiés par M. MONCHEGAY dans son ouvrage "Cartulaires du Bas-Poitou".

XI° siècle - MAINART nom de Baptême

1) 1046 - MAINARD et son fils Pierre

Le cartulaire de Sainte-Croix de Talmond cite pour 1046 MAINARD et son fils Pierre, en indiquant que ce MAINARD était fils de DURAND GRIMOU, c'est à dire que suivant l'époque ce MAINARD  était fils DURAND et petit-fils de GRIMOU. Il est cité à l'occasion de la donation qu'il fit de la moitié de l'Église de Saint-Julien à l'Abbaye de Sainte-Croix, peu après sa fondation. Pour cette donation il reçut le consentement de ses frères, de son fils Pierre et de son Seigneur Rommufle de BOUILLE, Baron du Poiroux.

2) 1050 - Pierre fils de MAINARD

Le cartulaire du Prieuré de Fontaines cite Pierre fils de MAINARD en 1050, à l'occasion de la fondation de ce Prieuré par Guillaume le Jeune, Prince de Talmond. Une copie du XII° siècle de ce texte existe dans la collection Benjamin FILLON, il est cité par MARCHANGAY page 89.

1056 - Le cartulaire de Sainte-Croix de Talmond cite ce Pierre en 1056, comme témoin de libéralités faites par le Prince de Talmond à cette Abbaye.

3) 1066 - MAYNARD ou MAIGNARD

La liste de la bataille d'Allay en Angleterre en 1066 (Hastings) cite un MAYNARD ou MAIGNARD parmi les Chevaliers Poitevins, qui avaient participé à cette bataille et accompagné Guillaume Duc de Normandie dans son débarquement en Angleterre.
Les généalogistes Anglais ont fait de ce MAYNARD la tige de la famille des Lords MAYNARD, Vicomtes MAYNARD, fixée en Angleterre. Ils ont rattaché ce Chevalier à la famille MESNARD-MAYNARD du Bas-Poitou. Les Vicomtes MAYNARD ont toujours revendiqué leur origine Poitevine et leur parenté avec les MESNARD-MAYNARD. C'est à ce titre qu'a Londres à l'émigration Lord MAYNARD reçut Louis Charles Comte de MESNARD, et le traita en ami et en parent.

4) 1090 - 1095 - MAINARD dit "Famulus de Pépin II"

Trois chartres du Talmondais, mentionnées par MARCHANGAY pages 96, 98 et 100, citent de 1090 à 1095 un MAINARD, neveu de Guillaume le Jeune, Prince de Talmond. Ces chartres qualifient ce MAINARD de "Famulus de Pépin II". Le cartulaire numéro 64 de Sainte-Croix de Talmond relate que ce MAINARD fit don  au décès de sa fille et pour sa sépulture d'une sextrée de terres sise près de la Martinière.

5) Fin du XI° siècle - MAINARD nom patronymique
Gausbert MAINARD

Vers la même époque un cartulaire, cité par MARCHANGAY page 100,  relate la concession d'une pêcherie  aux Fontaines par Pierre II de BOUILLE, petit-fils de Rommufle, et parmi les témoins de cette concession cite Gausbert MAINARD, Chevalier.
Les Archives du cabinet de l'Ordre du Saint-Esprit mentionnent que ce Gausbert MAINARD participa à la I° Croisade (1096-1099) (Henri de FOURMONT "L'Ouest en Croisades").

6) XII° siècle - Aimery MAINART

Au cours de ce siècle seul ce MAINARD est cité, il semble qu'il vécut assez vieux puisque mentionné au début du siècle, il aurait vécu encore en 1182.
Le cartulaire numéro 387 de Sainte-Croix  de Talmond mentionne Aimery MAINART, Chevalier possessionné dans le fief d'Aimery de BOUILLE, Seigneur du Poiroux, comme témoin de la donation de vignes, et de quatre sous de cens sur les jardins du Poire, que fit avant de mourir MAHENCHIA, première femme d'Aimery de BOUILLE, fils de Pierre II, à l'Abbaye de Sainte-Croix, qui était alors gouvernée par Guillaume CHEMILLE.
Deux chartres de l'Abbaye de Boisgrolland citées par MARCHANGAY page 249 et 255, relatent les libéralités faites par Aimery MAINART à cette Aimery MAINART à cette Abbaye, à l'occasion de sa fondation par son Seigneur Aimery de BOUILLE, Baron  du Poiroux.

1182 - Une chartre de la même Abbaye, citée par MARCHANGAY page 240, relate qu'en 1182 une donation faite in extrémis par Pierre II de BOUILLE . Cette chartre cite parmi les témoins de cette donation Guillaume CAIRANT, Pierre DAVIAU, Jehan le MELLE, Maurice CATUS, Aimery MENART et Aimery de MORIC, tous qualifiés de "Chevaliers" et de commensaux et vassaux de Pierre III de BOUILLE, Baron du Poiroux. En 1243 nous allons retrouver un Aimery de MORIC cité avec Geoffroy MAINART, Chevalier et son fils Pierre.

7) XIII° siècle - Olivier MENART

1219 -  Le cartulaire de Boisgrolland cite à la date de l'année 1219 Olivier MENART, témoin dans un arrangement intervenu entre l'Abbaye et Bernard de SECONDIGNY au sujet des marais situés à Champagné.

1219 - 1221 - Olivier MENART devint Chevalier Hospitalier, et à ce titre participa à la V° Croisade. Olivier MENART se réclamait Vassal du Comte de Poitou et portait pour armes "d'Argent fretté d'Azur à six pièces". Il est mentionné dans les archives de l'Ordre des Chevaliers de l’Hospital.

Ces divers documents établissent de la manière la plus positive l'existence dans le Talmondais aux XI°, XII° et début XIII° siècle, d'une famille MAINARD laquelle était établie dans le fief de la famille de BOUILLE, Seigneur du Poiroux, Barons important de la contrée.
Les documents ne nous permettent pas d'établir la filiation entre ces divers MAINARD, mais la parenté est évidente entre eux et avec les MESNARD-MAYNARD qui vont suivre, ils habitaient les uns et les autres les paroisses voisines de Talmond. Ils étaient les uns et les autres Vassaux des Barons du Poiroux, et ils possédaient le même blason. D'après ces documents nous pouvons établir la filiation non suivie suivante:
Nom de baptême
Fin X° et début XI° siècles:  1) GRIMOU, père de
    2) DURAND, père de
    3) 1046 MAINARD, père de
    4) 1050 et 1056 PIERRE
    5) 1066 MAYNARD ou MAIGNARD
    6) 1090-1095 MAINARD dit "Famulus de Pépin II"
Nom Patronymique XII° siècle: 7) Gausbert MAINARD I° Croisade
    8) Aimery MAINART début du siècle et 1182
    9)  Olivier MENART, Chevalier de l'Ordre de l'Hospital en 1219.
 

 Filiation Suivie I au XI° degré                                              Retour au Début de cette page
Sommaire