Généalogie Mesnard-Maynard

 

 
 BIENVENUE
Origine: Vendée (Poitou, France)
Première trace: 1046 à Talmond (Vendée)
Filiation suivie à partir de 1382
Devise: "Pro Deo et Rege"

Le XVIII° Siècle, 3° et 4° branche

Pour m'écrire:

 mesnard{tiret}maynard
{a t} wanadoo.fr

 

 

Sommaire


Troisième Branche : Seigneurs de la Claye

 XVII° Degré

André-Gabriel MAYNARD

Gabriel, baptisé à Péault le 20 actobre 1641, chevalier, Seigneur des Deffends, dernier enfant de Chrisophe et de dame Catherine GALLIER-GARNIER, fut présenté pour être reçu dans l’ordre de Malte, le 23 juillet 1657. Il épousa par contrat passé devant Bourdeau et Landriau, notaires de la baronnie de Luçon, le 13 novembre 1668, Renée TAILLEFER-de-MONTAUSIER, fille de feu Jacques TAILLEFER-de- MONTAUSIER, chevalier, Seigneur de la Charroulière, les Chasteniers, la Claye, et autres lieux, et de dame Renée HUYLLARD, alors veuve en seconde noce de François MAYNARD, Seigneur de la Barotière. Gabriel MAYNARD prit part à la transaction du 25 février 1683. Il eut de son mariage :
1)  Christophe,
2)  Louis, écuyer, Seigneur de Loulerie, marié, le 8 janvier 1708, à Charlotte-Julie GOURDEAU, dont il n’eut pas d’enfants. Il figure avec le baron du Gué-Sainte-Flaive, son neveu à la mode de Bretagne, sur l’ordre de bataille du ban de la noblesse du Bas-Poitou, convoquée à Fontenay par le maréchal de Chamilly, en vertu de lettres datées de la Rochelle le 8 mai 1703.
3)  Gabriel, écuyer, Seigneur de la Claye, mort sans enfants,
4)  Catherine, destin inconnu.

Cette branche s’est éteinte au XIX° siècle.


 Quatrième Branche : Seigneurs de Dignechien

 VIII° Degré

Jean MAYNARD

Jean, chevalier, Seigneur de Dignechien, et en partie de la Cornetière, second fils de Tristan MAINARD et de Mathurine Prévost, dame de Dignechien, servit avec ses frères à l’arrière ban du Poitou, en 1491 (rôles imprimés). Les preuves de René et Claude de Liniers, reçus chevaliers de Malte, en 1577, apprennent que Jean MAINARD épousa Françoise d’EVRY, de laquelle il laissa entres enfants :
1)  Jacques,
2)  Marie, femme de François GUINDRON, sieur de Puyregnard, (fils de Jean GUINDRON, seigneur de la Guindronnière, et de Jeanne BIGOT), et ensuite de Jehan TINDO. Il est possible cependant que celui-ci ait été son premier époux.

Cette branche s’est éteinte après Jacques Mesnard, écuyer, Seigneur de la Couroizière, encore vivant en  1665.

 Le XVIII° siècle, branche du Langon                                                                      Retour au début de cette page
Sommaire